Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 150

Oiseaux

Même s’il y a bien longtemps, j’étais enfant, je me souviens d’un « congrès » d’oiseaux, à Vieux-Boucau, dans un chêne. Là, s’étaient réunies une multitude d’espèces faisant grand’bruit, rassemblées pour de mystérieuses raisons, si singulières que je m’en souviens encore.

A une échelle moindre, je retrouve cet assemblage presque tous les jours. Hier, par exemple, je voyais d’un même regard, une grive musicienne, un pit-pit des arbres, un merle (mâle), un rouge gorge, un couple de pinsons, une mésange charbonnière et des geais. J’imagine qu’ils cherchent à être avertis les uns par les autres d’un éventuel danger – mes chats par exemple – lors du repas du soir.

Ils ne s’assemblent par espèce que pour migrer encore que des ramiers accompagnent des palombes et des chardonnerets des alouettes. J’imagine qu’ils ne peuvent se regrouper qu’entre ceux qui volent à la même vitesse. Mais ai-je le droit d’anthropologiser les oiseaux, ce que je n’ai cessé de faire ?

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s