Chroniques de l’ordinaire bordelais

 

 
Chaque semaine, ou presque, une nouvelle chronique.

Épisode 362

Cambriolage

Quand je suis arrivé comme presque tous les matins devant la boulangerie pour boire un café en lisant le journal, un inconnu m’a regardé au travers de la devanture d’un air mauvais. La porte était ouverte, les prospectus renversés sur le sol, la machine enregistreuse ouverte. J’ai interprété tout cela en ma défaveur, je n’avais pas mis le masque que je tenais à la main. Je commande – pain, journal, café – sans oser poser de question, ayant quelque chose à dire, mes excuses pour le masque. Après m’avoir servi, la dame me dit :

  • Nous avons été cambriolés.

  • Quand ?

  • Cette nuit, j’ai trouvé la porte ouverte.

  • Que vous a-t-on volé ?

  • Le fond de caisse.

Je m’installe lire le journal mais, malgré le froid, la porte restait ouverte, il ne fallait rien toucher ; je suis donc vite parti sans terminer ma lecture, avant l’arrivée des gendarmes.

  • Bernard Traimond

Pour lire les chroniques précédentes, cliquez ici. Et pour proposer vos textes pour publication c’est lci

6 commentaires pour Chroniques de l’ordinaire bordelais

  1. Ce qu’il y a de bien avec le confinement, c’est qu’il nous a permis de nous recentrer sur des questions essentielles! Une suggestion: le caleçon!

  2. Propre dit :

    Peut-être tout simplement que les pratiques s’harmonisent au niveau mondial, il y a longtemps que les hommes propres, sauf en pleine nature et encore (arrosage des chaussures et vêtements, même un peu, …) urinent assis ne serait-ce que pour ne pas tout salir et empester siège et sol des cabinets, En Allemagne, uriner debout est impensable, dans les pays d’Islam encore plus, ce serait un scandale. En Inde idem. Il n’y a que les latins et encore pour pisser debout. Alors, descendre son slip, c’est la façon de faire la plus répandue, la plus appropriée et les slips sont maintenant fermés. Et les femmes n’ont pas à récurer les wc toute la journée, et les toilettes des cafés même en France seront peut-être un jour un peu moins lamentables. Le progrès, le vrai.

    • Rémi dit :

      Dans les toilettes de ma gare, à Osaka, tout les hommes font pipi debout. Et pour cause, le débit est important ; une dizaine de personnes par minute environ. Les toilettes sont plutot propres, et sont lavées par des employés aussi males que femelles.

  3. Propre dit :

    Le slip, c’est récent, la chemise bien longue servait à l’enveloppement des fesses jusqu’aux années 50 non ? Tout le monde n’avait pas de caleçon. Et en France, l’assainissement, l’eau courante, donc les wc c’est plutôt les années soixante. Les hommes urinaient debout et dehors. Ils ont gardé cette habitude de l’extérieur dedans, elle y était bien mal adaptée. Eclaboussures, salissures, lunettes à lever, baisser… Même avec kangourou. Enfin bref, les hommes sont des femmes comme les autres. Assis !
    Et au fait, les pantalons de jogging hommes n’ont pas d’ouverture… Une tendance venue du sport ?

  4. Rémi dit :

    C’est possible ! (Full Monty -1997)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s