Chroniques de l’ordinaire bordelais

Chaque semaine, ou presque, une nouvelle chronique.

 Épisode 283

Dire et faire

Passant par les côtes du Pays Basque, zone qui parle euskara, j’avais déjà noté la capacité à faire du hareng un « local fish ». Mais j’y ai aussi trouvé une autre compétence, faire du surf sans vague.

De Bidart à Bilbao, la mer est beaucoup plus calme qu’en Gascogne pour deux raisons : d’une part, le tracé irrégulier de la côte fait de caps et de baies, brise les vagues, et d’autre part, orientée vers le nord, elle échappe aux puissants vents d’ouest.

Mais cela n’empêche pas la présence d’écoles de surf et la multiplication des pratiquants alors que jamais je n’en ai vu un seul se lever sur sa planche. Il est donc possible de se dire surfeur sans faire du surf  et même d’avoir des élèves sans pouvoir leur apprendre quoi que ce soit. Mais l’important est de le dire à défaut de pouvoir le faire.

Je crois qu’un film traitait ce sujet, Brice de Nice, mais je ne l’ai pas vu.

Bernard Traimond

 

Pour lire les chroniques précédentes, cliquez ici. Et pour proposer vos textes pour publication c’est là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s