Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 385

Le feu couve… (3)

Alors que je rentre chez moi, je l’aperçois au loin, près de mon immeuble, tournée vers une vitrine. C’est la dame espagnole d’hier soir, prise à partie physiquement par une jeune femme hors d’elle. Elle semble faire des incantations, les bras se levant et se baissant lentement, braillant des mots inaudibles ou incompréhensibles.

Alors que je m’approche, je la dévisage et découvre un visage hâlé et ridé, des yeux bleus. La capuche de son sweat beige m’empêche d’en voir plus. Elle est petite et peu épaisse. Je me tourne alors vers l’autel de sa dévotion supposée. Le dieu Sexe a exposé ses jouets, c’est la vitrine d’un magasin de sex toys, un sex-shop de riches dit autrement, avec qui elle dialogue bruyamment…

Colette Milhé

Publicité

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s