Chroniques d’un anthropologue au Japon (31)

L’interview (suite)

La troisième personne ne pourra finalement pas venir. Je soupçonne Mo de l’avoir simplement invitée à cause de sa position plus haute dans l’association. Je vérifie mon hypothèse grâce au document fourni par Mo sur les membres et leurs fonctions dans le quartier. C’est en tout cas un soulagement pour nous de n’avoir que deux invités. Je pense à recharger ma tablette pour enregistrer l’entretien. La porte sonne. Mo nous présente solennellement son acolyte, madame Si, une femme de la soixantaine, socialement irréprochable. Polie, toujours souriante derrière son masque. Mo nous offre un wagashi local coûteux, gâteau japonais à base de haricot blanc et décoré d’une feuille d’or comestible. Nous le remercions.

1:25, politesses, entrez, faites comme chez vous, mais pas trop quand même.

R : Désolé c’est un peu petit chez nous…

Si : Pas du tout, c’est grand !

Z (ma femme) : La maison est grande, mais la cuisine est petite !

Si : Pas du tout ! Comparé avec la France sûrement.

Z : Oui, peut-être (rire poli)

31:30, Le Japon pratique, considérations climatiques, et autres phénomènes géothermiques.

Si. Et… ce n’est pas difficile de vivre au Japon quand même ?

R. Difficile… non. Tout est pratique ici… le train est toujours à l’heure. Tout est bien au Japon.

Z. Les tremblements de terre peut-être…

Mo. Ah oui ! Les tremblements de terre !

Z. Les typhons…

Si. Il n’y a pas de typhon en France. C’est vrai.

Z. En fait, il y en a. Ce ne sont pas des typhons, mais de sacrées tempêtes.

Mo. Oui, oui, qui viennent d’Afrique.

R. Plutôt des États-Unis, je veux dire de l’océan Atlantique.

Z. Non pas du tout.

R. Ah oui, du nord alors ? Oui, ça peut durer une semaine parfois. Les arbres tombent même.

39:50 Du caractère des peuples.

Z. C’est toujours comme ça en France. (rire) Les règles sont plus sévères qu’au Japon mais personne ne les respecte !

Mo. Le caractère des peuples, c’est intéressant. Quand je suis allé en voyage, c’était intéressant. Les japonais.. quand on leur dit, venez ici, ils viennent tout de suite. J’ai entendu dire que les Français, quand on leur dit d’aller quelque part, ils vont à l’opposé ! (Rire de tout le monde)

49:00 La faune et la flore.

Mo. En France, le poisson… c’est du poisson de mer ?

Z. Du poisson de mer et du poisson de rivière.

R. Les deux.

Mo. D’accord.

Mo clôt finalement l’entretien. Très bien. On va arrêter là les dégâts. Peut-on prendre une photo ? Mais bien sûr ! Dans le salon ou le jardin ? Allons-y pour le salon. Avec ou sans masque ? Madame Si préfère sans. Avec plaisir. La photo est prise, émerveillement devant la qualité de l’optique du iPhone de madame. Je m’excuse pour la taille des chaussons, qui étaient trop petits pour Mo. Ce n’est rien. Il nous enverra bientôt par mail le texte qui sera publié dans le journal local. On reste en contact.

Je note que l’enregistrement dura exactement 59 minutes 58. C’est une performance que d’avoir respecté à la seconde près, la condition que j’avais donné à Mo dans mon mail la semaine dernière. L’heure est passée rapidement et toujours dans la bonne humeur. Recette. Alternance régulière de questions personnelles et de considérations culturalistes superficielles ; toujours rebondir, sans se froisser sur des thèmes variés et entraînants. Discussion stérile et bien-être social.

Rémi Brun

Publicité

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Chroniques d'un anthropologue au Japon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s