Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 360

Ambigüités…

Tandis que je déambule devant la gare, deux femmes, auxquelles je ne prête pas attention, s’assoient derrière moi.

L’une d’elle déclare :

  • Hier, j’ai beaucoup pipé !

Je ne connais qu’un seul sens à ce verbe mais surtout un usage exclusif à la forme négative ; « ne rien piper » : ne rien comprendre. Interloquée, je me demande s’il y a une connotation sexuelle dans un tel propos. Je me retourne discrètement, l’âge et l’allure de la dame – ainsi que mes préjugés, me font rejeter cette hypothèse. Comme elle vient d’allumer une cigarette, je comprends que hier, elle a trop fumé.

Plus loin, alors qu’elle rentre dans le hall avec une amie, une femme dit :

  • Ah ! Ma limousine est en retard !

Je pense alors aux étrangers qui, tout en maîtrisant correctement le français, ne peuvent pas comprendre ces échanges. Puis, alors que mon livre sur la Bolivie va sortir, des doutes m’assaillent : « ai-je bien compris ? » A la lecture d’un passage, Julie Campagne m’a expliqué l’autre jour que j’avais compris qu’un cireur partait en voyage le week-end mais que la même expression (viaje) pouvait signifier « se défoncer ». Je comprends mieux sa surprise quand je lui ai demandé le lundi s’il avait fait bon voyage… Elle m’a terrorisée !

Colette Milhé

Publicité

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s