Chroniques d’un anthropologue au Japon (4)

Ethno-logie

« Pourquoi peut-on dire que Le film Les maîtres fous de Jean Rouch respecte les principes de l’ethnologie énoncés dans le texte de Lévi-Strauss « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme » ? » S., japonais francophone, 17 ans, prépare son Bac et doit répondre à la question en une dizaine de lignes d’ici demain. Il ne connaît ni les auteurs, ni les concepts énoncés.

Moi : Tu comprends un peu la question ?

S : … (petit prout de la bouche, aucun intérêt.)

Moi : Bon, OK, on commence par ethnologie. Tu sais ce que c’est ?

Même réaction. Recherche sur Wikipédia. « Son objet est l’étude comparative et explicative de l’ensemble des caractères sociaux et culturels « les plus manifestes comme les moins avou[é]s » des groupes humains, caractères évolutifs qui sont plus ou moins propres à tel ou tel groupe, et qui en font une « ethnie »« . Bâillement suivi d’un petit prout de la bouche de S.

Moi : Oui, c’est un peu compliqué…

Je m’apprête à faire une explication, qui, je sais, sera efficace, même si elle me rebute. Chaque mot est prononcé lentement et distinctement, comme se doit d’être énoncée la vérité : « l’ethnologie », ça vient de « ethno », comme « culture », et « logie », comme « discours sur ». Bref, ce sont des gens qui parlent de culture. Qui étudient les traditions, les trucs comme ça.

Réaction de S., qui tourne légèrement la tête sur le côté. Sourire de satisfaction de ma part.

Nous parcourons ensuite le texte de Lévi-Strauss à propos de Rousseau. Un pavé rempli de mots incompréhensibles pour S… Je suis de nouveau obligé d’appuyer outrageusement sur les mots « culture », « nature », « regard éloigné », « lois », pour faire entrer à grands coups de marteau l’anthropologie dans la tête de mon élève. Nous n’avons pas le temps de regarder toute la vidéo de Jean Rouch, mais les premières secondes me permettent de montrer à S. que l’idée est la même.  Enthousiaste, le doigt levé : « Observer des gens de l’extérieur pour en tirer des lois générales ». Fier d’avoir trouvé seul une réponse si élégante, je commence à dicter ces quelques mots à mon étudiant qui, je m’en aperçois trop tard, s’est endormi en face de moi.

Rémi Brun

Publicité

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Chroniques d'un anthropologue au Japon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s