Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 342

« Dehors la mort »

Ce n’est pas la première épidémie de grippe que nous traversons : déjà, il y a peu, le H1N1 avait voulu nous contraindre à nous faire vacciner, ensuite, la « grippe asiatique » de 1957 dont personne ne parle aujourd’hui, avait touché tous les Français – dans ma classe il n’y avait eu que deux rescapés (donc privés de vacances) dont moi. Il n’y avait à l’école que des instituteurs de rechange, les guéris et les futurs malades. L’autre, la « grippe espagnole » de 1918-1919, à peine un siècle, aurait tué 50 millions de personnes – affaiblies par la guerre dit-on – et sans antibiotiques non contre la grippe mais ses conséquences. Un remède préconisé par le Docteur Hazar de Luglon (Landes), celui du Gojat de Novemer de Manciet, qui ne peut qu’être encore efficace :

Dehors,

La mort.

Au lit,

La vie.

En gascon, la langue de ses malades, cela ne devait pas rimer.

Bernard Traimond

Publicité

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s