Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 334

Autorité

Elle se plante devant la porte. Je l’ouvre pour la faire entrer. A l’instant, elle fait ostensiblement demi-tour. J’ai compris, elle veut que je l’accompagne dans sa promenade.

Je me suis demandé pourquoi Shatolha, nom de cette chatte, avait besoin de moi pour « aller dans les pins » comme si elle ne savait pas se promener seule. Je pense qu’elle craint de malheureuses rencontres, surtout avec quelque renard, animal friand de chats. Quand je suis là, ils s’échappent, hostiles à toute présence humaine. Alors elle pourra sans risque courir sur quelques mètres (« piquer des sprints »), monter aux pins, faire ses besoins – creuser un trou, déféquer, recouvrir, sentir, recouvrir à nouveau, sentir, recommencer… La preuve, après quelques 150 mètres parcourus à son rythme, je rentre. Souvent elle reste, j’ai libéré la place de tout risque.

Bernard Traimond

 

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s