Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 321

Tolérance sonore espagnole

Dès la porte d’entrée franchie les décibels nous assaillent. Ils sont largement dans le haut de l’échelle du supportable mais bizarrement pas aussi dérangeants qu’imaginé. Sonorité faite de rire, d’exclamation, de pleurs d’enfant …  de tonalités humaines de toutes intensités plus acceptables que les fonds musicaux obligatoires dans la plupart des cafés des grandes cités.

Comme dans la plupart des bodégas espagnoles, la proximité est de mise, les tables sont très rapprochées. Certaines, comme celles d’aujourd’hui, ont un chemin de table d’autres non. En bons français qui se respectent, on joue un peu des coudes pour en prendre une d’assaut … ravis d’avoir su capter notre chance. On s’apprêtait à aller choisir nos tapas quand un serveur nous apporte une carte de menus. On comprend que les tables à chemin de table nécessitent de déjeuner avec des assiettes et il n’y a que sur celles « à nue » que les tapas sont rois !  Comme quoi, on apprend aussi de nos mauvaises habitudes !

Qu’importe, nous ne sommes pas les seuls à « déjeuner » Tant mieux, j’aime imaginer les vies des uns et des autres rien qu’en captant inévitablement les bribes de conversations. Avec quelques coups d’œil discrets de part et d’autre de notre table je repère un lexique non verbal intéressant à proximité. D’une table à l’autre dans n’importe quel café français, j’aurais tout su de la vie de mes voisins. mais bizarrement, ici, impossible de détecter le contenu de la dispute du couple de la table d’à côté, ni de distinguer les mots doux du couple de l’autre table contigüe… J’avais juste un film muet ! Je restais époustouflée que :dans ce bistrot vibrant du flot continu et intense des retrouvailles, finalement l’intimité des histoires de chacun était conservée!

Par la suite, j’appris, de source sûre, que seul dans les arènes, le silence est de rigueur et attention aux mouches qui se hasarderaient à voler !

Bilbao Août 2019

Virginie Perchais

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s