Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 313

Lo Tócho

C’était le surnom d’une personne de Soustons (Landes) qui était toujours en opposition. Il disait « non » à tout, « toujours à l’envers des autres ». Je ne sais rien d’autre sur lui, même pas son nom d’état civil.

Mon père qui en parlait, tenait ces informations de sa grand-mère, Céline Laudouar. Il n’est même pas certain qu’elle l’ait elle-même connu, bien qu’elle soit née en 1847, à La Sonda, une métairie du quartier de Costemale à Soustons. Cela n’a pas empêché le souvenir du Tócho  de traverser les années. Son originalité en a fait garder la mémoire. Il est vrai que l’opposition est une posture féconde ; déjà Montaigne l’affirmait : « Comme ce sien mot, que les habitants d’Asie servoient à un seul, pour ne sçavoir prononcer une seule sillabe, qui est Non, donna peut estre la matiere et l’occasion à La Boitie de sa Servitude volontaire. » (I, 26)

Mais peut-être que Lo Tócho né de l’imagination fertile de mon arrière-grand-mère ou de ses descendants, n’a jamais existé, fragilité de la mémoire et des sources orales.

Bernard Traimond

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s