Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 309

Couteaux

Pourquoi vend-on et donc achète-t-on des couteaux qui ne coupent pas ? Peut-être parce qu’ils brillent. Ce sont de beaux objets mais « ils coupent autant d’un côté que de l’autre » comme cela se disait naguère. En outre, ils ne peuvent s’aiguiser. Leur acier inoxydable est tellement dur que la pierre ne peut les entamer. Pourtant les bouchers les utilisent. J’en ai demandé les raisons, ils peuvent s’aiguiser mais seulement à la meule dont peu de particuliers disposent.

Dès lors, les couteaux deviennent des objets emblématiques, indispensables dans une cuisine, mais à peu près inutilisables. Ils déchiquettent, broient, brisent, cassent pour peu que l’on ait assez de force, mais il serait vain de leur demander de couper. Espèces de marteaux, ils sont tout-à-fait impropres à remplir leur fonction.

Pourtant, il n’est pas difficile de trouver dans les brocantes de bons couteaux, en acier de qualité, faciles à aiguiser. Mais ils rouillent.

Bernard Traimond

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s