Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 290

Crots

Je n’ai pas besoin de rappeler aux lecteurs des Chroniques de l’ordinaire bordelais ce qu’est un crot. Pourtant, dans ces lieux que j’étais le seul à parcourir à l’automne, je ne trouvais plus de cèpes. Même si d’un côté les pins avaient été coupés, de l’autre, j’aurais dû en cueillir. Rien.

A la boulangerie, il m’a été dit qu’ils poussaient. Je suis allé voir où j’aurais dû en trouver : rien.

Pourtant, ailleurs, non loin de la maison, j’en ai trouvé un à un endroit inhabituel. J’ai donc déplacé mes lieux d’investigation. Et là, où je n’allais jamais, j’en ai ramassé cinq kilos, ce qui ne m’était pas arrivé depuis au moins trois ou quatre ans. J’avais découvert un nouveau crot. Je ne suis pas près de l’abandonner.

Il n’y a pas que les personnes qui migrent, les cèpes aussi.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s