Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 275

La caisse

Nous connaissons tous ça : les files d’attente à la caisse des supermarchés. Et puis surtout, devant nous, le rangement dans les sacs bien après que la note soit établie, et puis il faut trouver l’autre sac, l’ouvrir, y trouver le porte carte, l’ouvrir, trouver la bonne, et enfin l’introduire et faire le code ; ces deux dernières opérations vont plus vite ou plutôt, il n’est pas possible d’en réduire la durée à la différence des premières. Mais pourquoi ne pas préparer antérieurement la carte bancaire, pendant le temps de la queue, ce qui réduirait la durée d’attente aux caisses ? Je ne peux qu’imaginer des réponses, la peur de perdre la carte, le besoin d’effectuer les opérations dans un ordre logique, l’indifférence au temps des autres…

Ce qui m’irrite le plus, c’est que d’autres disposent de mon temps comme si je ne savais pas le perdre tout seul.

Bernard Traimond

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s