Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales (20)

Positivisme

Evidemment tout mot a plusieurs sens et positivisme n’échappe pas à cette règle. Pourtant les anthropologues américains Marcus et Fischer avaient proposé une définition nuancée et précise :

«  »Positivisme » a commencé une longue carrière comme mot slogan. Dans les fréquentes polémiques contre le nouveau style des sciences sociales dominantes, il est souvent utilisé péjorativement. Placé dans une perspective qui associe le formalisme théorique aux mesures quantitatives, il considère les méthodes des sciences naturelles comme un idéal. Historiquement cependant, il peut se référer à certaines démarches complètement différentes comme, d’un côté, les travaux des positivistes français tels Saint-Simon et Auguste Comte, qui voyaient dans la sociologie la détermination à la fois des lois de la société et une nouvelle religion humaniste qui la guiderait, et, d’un autre côté, les travaux de logique positiviste du « Cercle de Vienne »[1] qui cherchait à expliciter les règles de validité des énoncés scientifiques. Ces approches à but scientifique fondées sur des faits identifiables et des entités mesurables sont improprement appelées « positivistes » mais nous utilisons ce terme dans ce sens parce que, comme nous l’avons vu, la récente critique des tendances dominantes des sciences sociales l’a ainsi utilisé » (Marcus & Fischer, 1986 : 179).

Pourtant, le terme est utilisé en France dans un tout autre sens dans un but précis, disqualifier ce qui a été appelé la « writing cultural school » dont font partie Marcus et Fischer. Comme ces anthropologues insistent sur les inéluctables processus langagiers, médiations obligées pour accéder à la connaissance du réel, on accuse ces anthropologues de nier la réalité, ce qui n’a aucun sens. Le plus surprenant est que même des « antipositivistes » parisiens qui pourtant refusent tout mimétisme, reprennent ces sottises.

Bernard Traimond

MARCUS, George E. , FISCHER, Michael M. Anthropology as Cultural Crtique, Chicago, The University of Chicago Press, 1996.

[1]    Groupe de logiciens et de linguistes constitué autour de Carnap à partir de 1922 qui cherchait à établir les conditions formelles du passage de l’observation à la vérité de la proposition.

Publicité

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Guit ligat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s