Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales (16)

Empirisme

La science doit échapper à l’empirisme pour élaborer des théories. Ces mots toujours répétés comme évidents servent surtout à disqualifier les enquêtes, à justifier l’idéologie du moment et surtout, à autoriser les affirmations sans preuve. Que peut être l’empirisme aujourd’hui en anthropologie ? Quand il est dénoncé, le mot désigne des descriptions de situations vécues selon la poétique ouverte par le Romantisme, l’empilement de détails vrais. Cette simple présentation présente les limites de la démarche. La connaissance de la réalité ne peut passer par l’impossible adéquation entre les choses et les mots, un mimétisme, comme le croit ce qui a pu être appelé le « positivisme ». Elle ne peut passer que par l’examen méticuleux des nombreuses médiations mises en en place entre le lexique des acteurs et des témoins, et les façons de l’utiliser.

« Je ne peints pas l’estre. Je peints le passage » nous disait déjà le vieux Montaigne (III, 2). L’accès au réel passe par le mouvement ce qui disqualifie toute description positive, ridiculise ses critiques mais n’en condamne pas moins les abstractions désincarnées, les récits imposés. Les paroles enregistrées ne sont que les traces de pratiques qu’il reste à analyser, à expliciter.

Bernard Traimond

Publicité

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Guit ligat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s