Sur quelques absurdités quotidiennes dans les sciences sociales (6)

Les faits (2)

Et pourtant Bruno Latour parle de faits. Mais selon son habitude, il donne à ce mot un sens particulier. Selon lui, loin d’être immédiatement accessible, le fait se construit par des débats, des discussions, des polémiques qui conduisent à un accord accepté par la communauté scientifique. Tous acceptent enfin la validité d’une information qui devient alors ce que Latour appelle un fait. Il serait possible de l’appeler aussi une « information sérieuse » au sens de Dreyfus et Rabinow : « N’importe quel acte de discours peut être sérieux à condition qu’on convoque les procédures de validation nécessaire, la communauté des experts, etc… » (Dreyfus et Rabinow, 1984 : 76). Les faits deviennent ainsi des informations prouvées car critiquées.

Bernard Traimond

DREYFUS, Hubert & RABINOW, Paul, Michel Foucault. Un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984.

LATOUR, Bruno, La science en action, Paris, Folio-essais, 1995.

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Guit ligat. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s