Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 243

Chats, encore ! 

Naguère, j’avais parlé d’ « Auguste », le matou qui à la mort de sa mère, avait pris sa place dans la maison (chronique 72, ai-je trouvé). Agé et malade, il n’est pas reparu ce matin du 20 juin mais son fils « Auguste » naissait la semaine suivante, le 27.

Quelques jours plus tard, son autre fille « Bijou » reprenait la fonction qu’il s’était attribué, la garde  de la maison à partir de son angle sud-est, le plus chaud il est vrai. Les statuts changent mais les rôles restent. Il faut donc qu’un chat règne à l’intérieur, un autre à l’extérieur, quel que soit son sexe. Le plus ancien, le vieil Auguste allait d’un côté et de l’autre. Sa fille se croit obligée de poursuivre sa tâche, avec assiduité et vigilance.

Il n’est pas habituel de regarder les chats en interaction entre eux, avec les êtres humains et dans leur cadre de vie. Leurs singulières conduites me contraignent à le faire et aux lecteurs à le supporter. Je me demande qui copie, les chats ou les hommes ?

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s