Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 235

Les cheminements de la mémoire

Je passe devant un salon de coiffure au nom de Dubaï avec l’image du gratte-ciel aux lignes courbes à côté de l’enseigne. Les lignes courbes conduisent aux coupoles, les coupoles à la nouvelle église orthodoxe de Paris, donc à Poutine, puis à sa poignée de main à Macron, et donc à l’article sur ce sujet du Canard Enchaîné, les poignées de main du nouveau Président. Ça y est, j’ai enfin trouvé ce dont je voulais parler, de cet article lu peu de temps auparavant.

Comme habituellement le chemin suivi, les successions d’analogies s’oublient aussitôt parcourues, ce cheminement mérite d’être noté afin de constater les étranges liens entre les souvenirs pour une fois où ils ont acceptés de ne pas disparaître à tout jamais.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s