L’interactionnisme japonais

L’amitié et le hasard m’ont conduit dans un colloque franco-japonais sur le Moyen-Orient les 28 et 29 mars derniers. Dès le premier jour la dimension historique était fortement présente mais le second, Junko Toriyama a présenté sur l’écran le texte d’un dialogue de quelques lignes entre un père et son fils pour l’analyser afin d’expliquer leurs conduites, leurs statuts, leurs comportements, leurs objectifs et leurs rôles. Tout ce que nous aimons s’y trouvait, la situation, le microscopique, le discours, les façons de parler, l’interprétation… L’anthropologie dont nous rêvons ainsi que je leur ai dit. Ensuite, Hatsuki Aishima a pris plusieurs courts dialogues, expressions de diverses situations pour  décortiquer les relations entre les personnes.

J’ai demandé dans quelles traditions, ces chercheurs inscrivaient leurs travail : réponse, Wittgenstein mais les interactionnistes américains n’ont pas été évoqués. Un professeur de littérature semble être à l’origine de cette effervescence, Masaki Horiuchi.

Pour mieux connaître leurs façons de travailler et la genèse de leur démarche, le contact a été pris avec promesse d’échanges de textes en anglais.

L’Ecole de Bordeaux a des correspondants japonais !

Bernard Traimond

4 avril 2017.

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Interventions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s