Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 224

Classes sociales

Nous sommes très en avance et profitons de cette belle journée ensoleillée. Les Pyrénées enneigées sont magnifiques, les avions égrènent leurs parachutistes tandis que des vols de grues tournoient au-dessus de nous.

Soudain un haut-parleur délivre le bulletin de santé d’un compagnon : « X n’a pas la mâchoire fracturée. La violence de Y (une femme) a quand même été maîtrisée, camarades. » indique une voix grave.

Un quart d’heure avant l’ouverture. Une centaine de personnes s’agglutine devant le portail alors qu’il y a de l’espace. Nous nous promenons un peu à l’écart. Tout à coup, le grincement du portail donne le départ : médusés, nous observons les gens partant en courant vers le bric-à-brac. Ils ralentissent à l’approche du dépôt. J’interprète cela comme un malheureux effet d’entraînement : l’un se serait mis à courir et tous auraient suivi mais non, un ami me dira plus tard qu’il en est toujours ainsi.

Dans un des espaces, je suis attirée par un tintamarre digne du passage du candidat Fillon. Je m’approche, quelques femmes absorbées sont en train de trier bruyamment casseroles et poêles.

Je me laisse tenter par une belle boîte en bois à la forme étrange, étui d’un instrument à musique sans doute. Ce modeste achat n’est commandé par aucun besoin, juste une envie et une opportunité.

Colette Milhé

Advertisements

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s