Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 211

« Vous êtes laids »

Il y a presque quarante ans que nous ne nous étions vus, d’autant plus heureux de nous retrouver que chacun avait en mémoire à propos des autres, une phrase, une situation, un souvenir.

Fernand, le plus jeune des quatre :  « Vous êtes laids, quand même. Moi, je ne me regarde plus dans une glace ».

Evidemment, ce propos a mis les trois autres en joie tant pour son réalisme que pour son humour. Fernand disait tout haut, une évidence que chacun savait, mais qu’il convient habituellement de taire. Lui osait le dire ce qui ajoutait à la vérité, l’impertinence, délicieux mélange.

Et puis, Fernand nous a donné l’occasion de vérifier la permanence de notre humour, bien qu’il nous a fallu au cours de notre longue vie faire semblant d’être sérieux même dans les domaines qui nous importaient le plus, tant dans notre travail professionnel que dans notre militantisme. C’était cette dernière occasion qui nous avait réunis, il y a quarante ans, et Fernand nous a signifié que l’ironie faisait partie de notre engagement politique. C’est peut-être lui qui nous a empêchés de ne jamais nous renier.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s