Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 200

Le riche

Tout était insupportable dans cette situation, un jour de fête à Bilbao. Un palace, une voiture garée en double file, en plus une Porsche jaune vif, française qui plus est. Immatriculée 75. Ils se croient tout permis. Des employés déchargent les valises et les portent dans le Palace. Pour bien signifier mon irritation je me plante sur le trottoir d’en face, bras croisés.

Descend alors de la voiture, le conducteur, la quarantaine, vêtu d’un tee shirt pendant et d’un jean noir déformé. Il fait semblant de ne pas me voir et s’engouffre dans le Palace. Un autre employé arrive alors et amène la voiture dans un garage, je présume.

Tout redevient normal et je poursuis mon chemin.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s