Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 188

La  fleur du 1er mai

Cette année, en 2016, il y a eu du muguet pour le 1er mai. Il y avait eu un précédent, un seul, depuis plus de trente ans. En un mot, les fleurs de muguet sont (presque) toujours fanées le 1er mai. Cela n’empêche pas d’en réclamer à cette date et même d’en refuser avant : « ça porte malheur m’a dit une voisine ». Mon pauvre muguet est donc refusé quand il est en fleur et demandé quand il est passé.

Laurence, la restauratrice de la commune voisine, avait résolu la contradiction. Début mai en effet apparaissent de splendides fleurs d’un jaune éclatant, celle des genets. Elle en avait fait la fleur porte-bonheur du 1er mai assurée de parvenir chaque année à en disposer.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s