Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 187

Douce campagne

C’était il y a plus d’un demi siècle. L. qui habite à L. constate le vol du bois de chauffage, la nuit. Pour arrêter le délit et connaître le coupable, il entaille une bûche (escalh en langue civilisatrice), y creuse une cavité qu’il remplit de poudre de chasse, et la remet dans le tas avec les autres.

Peu de temps après, une explosion détruit la cheminée et le toit d’une maison sans cependant brûler ni blesser quiconque. L. a su qui était le voleur de bois de chauffage qui, en outre, a arrêté ses exactions. Ce dernier n’a pas porté plainte.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s