Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 184

« Je serais plus fort que Victor Hugo »

C’était il y a presque vingt ans ; je retrouvais au bourg la nuit tombée, Raoul, Jan et Charlot, déjà bien installés devant une série de chopines, chaupets, en langue « civilisatrice », pour boire un café. Nous parlions de choses et d’autres, quand un soir, Jan nous livre une information qui m’a paru suffisamment importante pour que je me précipite sur un papier et un crayon pour la noter, même si je ne me souviens plus ce dont il s’agissait.

En revanche, je n’ai pas oublié le propos de Jan, interloqué par mon insolite conduite : « Si tu étais toujours là, je serais plus fort que Victor Hugo ».

Peut-on imaginer plus belle justification de l’anthropologie, donner la parole à ceux qui en sont privés.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s