Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 183

Castaneda

A un feu rouge, un couple me demande de monter dans l’auto : par principe, j’accepte. Evidemment, la conversation s’engage, sur le parcours, leurs objectifs, et les sujets les plus divers. Une parole malheureuse suscite la question :

  • Vous enseignez quoi ?
  • L’économie puis l’anthropologie.
  • C’est intéressant, je voulais en faire mais je suis tombée enceinte (du fils qui est derrière).
  • Où ?
  • A Rennes.
  • On enseigne l’anthropologie à Rennes ?
  • Je suis allée au Mexique.
  • Au Mexique, où ?
  • Chez les Huicholes.
  • Je connais le sud, les Tzotziles.
  • J’y suis allée aussi à San Cristobal.
  • Pourquoi vous intéressez-vous aux Indigènes du Mexique ?
  • J’ai lu Castaneda.*

Bernard Traimond

* Carlos Castaneda, anthropologue californien, a prétendu enquêter auprès d’un chaman yaki (Amérindiens vivant au nord du Mexique et au sud des USA) qui, par sa parole et ses drogues, lui a fait accéder à « une réalité non ordinaire ». Ce fut aussi un moyen de donner la parole aux indigènes même s’il a fortement contribué au développement du « new age ». Je lui consacre un chapitre dans Vérités en quête d’auteurs.

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s