Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 180

Trahison

J’ai toujours vécu la mort de mes amis – Christian Delacampagne, Jean-Jacques Mouhot, Daniel Fabre – comme une trahison : ils m’ont abandonné alors que je vois, jour après jour, combien j’aurais besoin d’eux.  Pour diverses raisons, nous avons pu nous éloigner les uns des autres, mais nos retrouvailles étaient chaque fois une fête, pour moi en tout cas. C’est peut-être de ces joies dont ils me privent, du plaisir de retrouver, comme autrefois, nos complicités. Et si nos relations sociales n’étaient que  la recherche du meilleur dont l’irréversibilité du temps nous prive ? Pourquoi tout bonheur est-il condamné à passer, à disparaître ?

Mais cette posture ne serait-elle pas, aussi, une des marques de notre époque ? Roland Barthes n’évoque jamais cette irréversibilité sauf sous la forme de nostalgie du temps passé, celui de la jeunesse, mais non selon le mode de l’irréductible. Il est vrai que son structuralisme, fût-il passager, l’installait dans l’immanence scientifique. Douloureuse comme est l’histoire, je comprends enfin, l’énergie mise par les sciences sociales à l’occulter au risque de ne rien comprendre. La sérénité exige des compromis avec la vérité.

Bernard Traimond

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s