Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 174

Obscénité

Entendu sur France-Inter le 22 décembre 2015, à 11 heures 45 :

L’animateur :

  • Qu’est-ce qu’il vous a apporté ?

L’invité :

  • Du fric !

Choeur des animateurs :

  • Des moyens ! Des moyens !

Ce chanteur avait donc utilisé un mot interdit à l’antenne, celui de « fric ». Il faut le remplacer par  celui de « moyen ». Pourquoi une telle pudeur vis à vis d’une chose si banale ? Pourquoi certains signifiés d’un signifiant si omniprésent doivent-ils être bannis ? Pourquoi des mots deviennent-ils obscènes ? Pourquoi certains mots, étrangers à la sexualité, habituel domaine de censure, sont-ils censurés ?

Evidemment, je n’ai aucune explication hors les banalités habituelles. Il faudrait demander aux animateurs les causes de leur attitude. Peut-être ne veulent-ils pas réduire le rôle de producteur à celui d’un banquier, refuser l’approche comptable des activités ou élargir les espaces interdits…

« L’enquête est vouée à continuer ».

Bernard Traimond

Advertisements

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s