Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 164

Roturière

Le Rotary de Saint-Jean de Luz organise une vente de livres. A la caisse une cliente-donatrice aborde timidement la vendeuse-bénévole. Elle semble la connaître sans véritablement  la côtoyer. Elles sont blondes toutes les deux mais l’une a des cheveux longs filasses et mal peignés, tandis que l’autre abhorre un brushing impeccable.

La vendeuse-bénévole répond d’un air détaché qu’ils sont très organisés et qu’un planning a été rigoureusement établi. Sans doute répond-elle à une remarque, dépourvue de malice, sur la pénibilité de la tâche. La cliente-donatrice s’enhardit presque et glisse qu’elle aussi est bénévole, à la Croix rouge, et que c’est beaucoup de travail.

Ne pouvant déroger à ce rapport forcé, la vendeuse-bénévole opte à présent pour un ton d’encouragement :

  • C’est bien ! Il faut ! Il faut le faire !

La cliente-donatrice, qui semble ne pas avoir perçu le mépris de classe, s’éloigne, sans doute ravie d’avoir pu échanger quelques mots avec la notable. Qui l’a déjà effacée…

Colette Milhé

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s