Oralité et écriture. Compte-rendu

ong ONG, Walter J. Oralité et écriture, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

Le hasard et le titre m’ont fait lire Oralité et écriture et l’intérêt du livre m’amène à en faire un bref compte-rendu. Evidemment l’intitulé interpelle les anthropologues alors que le livre a été écrit dans la chaleur d’un cabinet, hors toute enquête.

Mais c’est l’œuvre d’un jésuite avec ce que cela implique dans le domaine de l’érudition, du multilinguisme (allemand, anglais…) et de la pédagogie. Il choisit le binarisme oral/écrit pour se promener dans toute la culture livresque occidentale avec quelques excursions japonaises ou chinoises.

Nous retrouvons ainsi le long chemin qui conduit aux textes archaïques, Homère, aux premières recherches de littérature orale, McPherson, les épopées et les bardes yougoslaves si importants chez les Romantiques depuis Fauriel (qui n’est pas cité). Nous rencontrons aussi Jack Goody ce qui nous permet de prendre la mesure de son œuvre. Tous les thèmes abordés sont appréciés à la mesure du binarisme oral/écrit. Il permet des trouvailles telles que la constatation que je n’avais trouvée jusqu’ici nulle part ailleurs, l’absence de description avant les Romantiques. Ong l’explique par la disparition de toute référence à l’oral, même éloignée. Ce n’est certainement pas faux mais il est évident qu’il y a aussi d’autres raisons. Le passage d’une médecine des flux à la « clinique » c’est-à-dire la recherche de symptômes décrite par Foucault, l’attirance pour les détails contribuent également me semble-t-il, à l’émergence des descriptions, à ce que Chateaubriand appelait la « poésie descriptive ». En un mot, expliquer la culture livresque par le seul moyen du binarisme oral/écrit peut être fécond, toujours stimulant mais partiel. Cela n’empêche pas de profiter de l’immense culture de l’auteur et de sortir ainsi, sans trop de peine, du « narcissisme monoglotte » français.

Bernard Traimond

FOUCAULT, Michel, Naissance de la clinique, Paris, PUF, 1963.

TRAIMOND, Bernard, « El papel del detalle en la narracion » dans LISON TOLOSANA, Carmelo. Antropologia : Horizontes narrativos, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones, 2006.

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s