Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 24

La vague n’attend pas !!

Ils sont nombreux à descendre en ville, par tous les temps, vers la Grande Plage de Biarritz. Plutôt jeunes, pieds nus, la combinaison à moitié enfilée laissant à découvert un torse musclé,  le surf sous le bras, ils descendent seuls ou à deux, rarement plus. C’est dans les vagues qu’ils se retrouveront en grappe…Ils marchent d’un pas alerte à côté des touristes au pas nonchalant ou des personnes âgées au pas hésitant, le regard fixé loin devant, essayant d’imaginer la nature de la vague  à la couleur de la mer, à l’écume entraperçue ou au bruit lointain du ressac… Tout à coup… sans tambour ni klaxon, en voilà un qui court comme un fou, évitant  tel la boule dans le  juke box, à l’avant comme à l’arrière  les obstacles humains sur le trottoir. Sur le macadam, la vie s’immobilise chacun s’attendant au pire et… suit l’énergumène d’un regard interloqué… Mais qui pourrait comprendre que… la vague de 13h42 n’attend pas… à part lui!

Virginie Perchais

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques d'été. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s