Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 142

Exotisme

Une amie est à Ceylan sous la haute protection de l’armée locale, fière de ses massacres ; elle ne risque rien. J’imagine qu’elle est allée chercher des images et des conduites inédites, l’exotisme. Pourtant je suis sûr que Ceylan est moins étrange qu’un bar PMU où je viens d’avoir l’audace d’aller boire un café.
Un client assis à une table face à la télévision hurle à chaque course, « le 13, le 13, », « je me suis fait baiser… » Un autre s’impose tellement qu’il oblige son voisin de comptoir à abandonner son siège. Deux femmes, la cinquantaine, silencieuses, attendent chacune dans son coin on ne sait quoi. La plupart ont un pantalon de survêtement. Plus curieux me semblent encore les plus jeunes. L’un n’a sur le crâne qu’une crête décolorée; une autre est vêtue de soie, pantalon jaune et veste verte.
Chacun fait ce qu’il veut évidemment, et tous ont raison, mais pourquoi se rassemblent-ils dans les bars PMU ?

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 142

  1. monique dit :

    J’adore tes chroniques qui me font toujours rire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s