Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 140

Une saucisse de campagne

J’avais ramené de Habas une saucisse de campagne, plutôt deux et c’était la deuxième que je mangeais cette semaine, tellement sèche qu’on hésite entre la faire cuire et attendre qu’elle devienne un saucisson, je veux dire : une saucisse sèche. Je la mets à cuire.
Voilà que je décide de la manger avec des carottes à la vapeur. Cela faisait un moment que, chaque fois que j’utilisais la cocotte-minute, je mettais plus d’eau que nécessaire. Je décidais cette fois de faire un effort et de mettre strictement la dose recommandée : deux verres d’eau.
Tandis que je me mets à regretter les vieilles cocottes où la vapeur s’échappait en  »tournant », quelques minutes plus tard, la vapeur sort, la saucisse grille. En attendant le repas, je me sers un verre de vin. Je surveille d’un œil, je retourne à mon livre.

Je trouve que la cocotte, avec si peu d’eau et mise sur six fait soudain beaucoup de vapeur, même si on est bientôt à la fin de la cuisson – sept minutes pour presque tous les légumes m’avait dit un ami, qui le tenait d’un ami, qui aimait beaucoup les cocottes minutes  »françaises » parce qu’elle  »tournaient » encore : « Ah les Français ! », se serait-il exclamé. Alors que je m’approche de la cocotte, celle-ci se met à sonner ! Je pense alors :
« Mais ce n’est pourtant pas une cocotte avec de l’électronique ! ».
Puis :
« Je ne savais pas qu’elle pouvait sonner, qu’il y avait un truc
qui se déclenchait au cas où elle exploserait ! ».
La cocotte-minute sortie de la plaque et le truc à vapeur enlevé, je me rends compte, alors, que c’est le détecteur de fumée qui s’est déclenché. Je tourne ma tête vers la saucisse qui, sèche, fume beaucoup. Je me rends sous le détecteur. Je le regarde : oui, il est en train de sonner. Je ne sais plus si pour l’éteindre je dois prendre un tabouret. Je tends le bras, je m’étire et j’atteins le petit bouton gris placé sur le côté droit.

Sonnée, je retourne dans la cuisine où je m’empare du téléphone pour le raconter immédiatement à M., qui se propose tout aussi immédiatement de le dévisser.

Depuis mars 2015, les détecteurs de fumée sont obligatoires dans les maisons et appartements. L’installation se fait, si vous êtes locataires, aux frais du propriétaire. J’ai appris entre-temps à ce sujet que, aussi, le délai pour leur installation avait été repoussé.

Amélie Bussy

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s