Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 139

Spéculations monétaires

En face de l’office de tourisme, je tombe sur une machine munie d’une manivelle. Un mode d’emploi explique qu’avec une pièce d’un euro et une autre de cinq centimes, je pouvais fabriquer une nouvelle pièce. C’est du moins ce qu’il me semble avoir compris.

Le récit de Louis Marin dans le séminaire qu’il avait organisé avec Jean-Claude Schmitt, où il avait expliqué qu’à la Libération, chez les lycéens grenoblois, les pièces déposées sur les rails et écrasées par le passage du tramway avaient plus de valeur que les neuves, a contribué à me faire adhérer à ce projet de transformation de monnaie.

J’ai donc effectué l’opération, mis un euro, emprunté cinq centimes, et récupéré un jeton ovale avec une empreinte à la gloire de « la ville des merveilles ». J’ai eu alors le sentiment que la médaille m’avait coûté un euro et que mes efforts sur la manivelle n’avaient servi qu’à libérer le jeton.

Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s