Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 138

Mots d’enfants

 J’ai déjà oublié le froid et cette pluie fine de février à Bordeaux, Saint-Michel, place Maucaillou, sortie de l’école des Menuts… Je passe, je passe ralentie par un labyrinthe de travaux. Il est là, minuscule, plié. Il a déjà manipulé, taillé, implanté, scellé des tonnes de pavés et aujourd’hui pendant que la pluie tombe, avec sa petite éponge, il écope et écope encore, une énorme flaque, tout n’est qu’eau…

Ils sont là, ils sont là et ils sont deux plantés devant lui dressés, du haut de leur huit ans des géants, lui, courbé sur sa tâche, imperturbable. Et mon oreille capte « c’est ça ton métier ? C’est pas bien, ça va te faire du mal à la tête à force. » Il n’a pas levé la tête pressant et pressant son éponge… Je ne faisais que passer… Son silence raisonne dans ma tête…

 Marie-Françoise Ducau

Advertisements

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s