Chronique de l’ordinaire bordelais – Episode 125

Petit manuel de nuisances sonores

Vous êtes l’heureux possesseur d’une mobylette ou d’un engin similaire ? Bravo ! Vous êtes le grand gagnant et ce manuel ne vous concerne pas. Continuez à jouer de la poignée de l’accélérateur. Vous n’avez qu’une voiture ? Pas de problème, il vous reste quelques possibilités. Votre véhicule est par bonheur doté d’un accessoire fort utile (quoique interdit en ville) : l’avertisseur sonore ou klaxon. Il serait dommage de s’en priver ! Choisissez une rue à sens unique avec des commerces, dépourvue de place de stationnement pour livraison. Soyez à l’affut du livreur qui officie en courant, placez vous derrière lui et activez l’accessoire. Plusieurs options : brève pression ou écrasement prolongé. Vous marquez des points si les autres automobilistes vous emboitent le pas ou si le livreur, excédé, vous lance un :
– Hé ! Connard ! T’as qu’à venir m’aider !
Toute prolongation de l’altercation sera un franc succès.
Malheureux piéton, vous vous considérez comme le parent pauvre de la nuisance sonore ? Détrompez vous, la rue vous appartient. Parlez fort, très fort. Ou optez pour une rue étroite et profitez de l’effet « caisse de résonance » : dégainez votre portable et entamez la litanie de vos problèmes familiaux en faisant les cent pas. Sinon, jouez du saxo de 14h à 20h sans pause rue ste Catherine (si possible, près de l’angle d’une autre rue pour amplifier vos effets). Promis, riverains et commerçants vont apprécier votre prouesse à sa juste valeur. Vous pouvez aussi exhiber votre guitare et chanter en boucle les deux seules chansons de votre répertoire : 5h consécutives chaque après-midi de « Je suis morgane de toi… » ou « no woman no cry » vous garantiront un franc succès là encore. Surtout, ne changez pas d’endroit. Dans le registre du chant, les étudiants avinés ne sont pas mal avec une mention spéciale pour les supporters de l’aviron bayonnais qui entonnent volontiers et régulièrement un tonitruant Vino griego à 2h du matin. Par ailleurs, le noctambule hurleur en bande est une espèce en voie d’extension. Parfois animé de velléités sportives, il shoote avec enthousiasme dans les bacs poubelles ou sonne aux interphones avant de déclencher son sprint…
Vous n’avez pas l’âme mélomane ? Optez pour l’âme belliqueuse et transformez tous vos petits conflits du quotidien (bousculades involontaires, cyclistes sur un espace piéton…) en agression verbale et durable. Laissez votre chien aboyer. Empruntez les rues pavées avec votre valise à roulettes, tondez votre jardin le dimanche matin, soyez créatifs, ne pensez surtout pas au voisinage…
Colette Milhé

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s