Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 114

Un quartier

Depuis vingt ans je travaille dans le quartier de la Victoire ce qui me le fait parcourir sinon chaque jour, du moins chaque semaine. Pour cela, j’avais le sentiment de familiarité avec chaque rue, chaque maison et même avec quelques commerçants et quelques habitants s’ils ont un comportement particulier.

Pourtant, l’autre jour dans un café où je ne vais que rarement, j’ai compris ce que c’était que connaître un quartier.

– Tu le connais, c’est celui qui vendait des chaussures aux Capucins, il avait un chien, gentil. Tout l’immeuble était à lui.

– Je l’ai bien connu.

– Il a tout vendu pour partir tenir un commerce chez sa femme.

J’ai compris ce que c’était que connaître un quartier. C’est être reconnu par les habitants mais surtout savoir ce qu’ils font, ce qui change chez les personnes, chez les animaux et dans la propriété des bâtiments. Pas en parcourir les rues.

Bernard Traimond

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s