Chroniques de l’ordinaire bordelais – Episode 109

La coupe du monde

La coupe du monde, c’est tout à l’heure, mais j’ai déjà oublié qui la gagnera. En revanche, je me souvient précisément de celle de 1958, non des matches, le télévision n’était pas encore arrivée et personne de mon entourage n’avait imaginé écouter les retransmissions à la radio s’il y en avait, mais de J-J C.

C’était dans une salle de classe – à l’époque elles étaient toujours ouvertes – et il m’avait parlé de la coupe du monde de football. N’ayant jamais imaginé que l’on puisse s’y intéresser, je fus si surpris que je m’en souviens encore.

Pourquoi s’y intéressait-il ? Toutes les théories sociologiques fonctionnent sauf celle de l’imitation de Tarde. Il affirmait sa distance avec les fils de métayers dont quelques uns avaient voulu franchir l’obstacle des études secondaires. Et puis, il ne voulait pas être comme tout le monde allant même jusqu’à se réclamer de la Chalosse honnie ! Mais ce qui est sûr, c’est qu’il ne copiait personne.

Je le revois depuis, tous les dix ans, mais cet intérêt pour la coupe du monde de 1958 sera toujours un obstacle entre nous.

Bernard Traimond

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s