Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 106

Insaisissable

Pourquoi la commande d’un chocolat dans ce café d’un quartier chic de Bordeaux s’est-elle  avérée étonnamment incongrue ?

Parce qu’ici tout est contraire à l’attendu ! Le spectacle qui s’étale se déjoue de nous…

Que faut-il comprendre à cette scène ?  Une élégante vieille reine d’Angleterre,  prend le thé avec  la réplique préhistorique d’une dame vêtue de peaux de bêtes et une troisième, d’un âge similaire, déambule en allers et retours, invoquant prières, bénédictions et autres divinations pendant un faux départ permanent…

Que penser de ce décor hétéroclite animé de cartes postales dont une, au portrait dédicacé de Johny Halliday, est fichée juste au dessus d’un manche à balai dont la serpillère espagnole sèche encore sur son seau ?  Des caricatures collées sur les glaces, dont on ne sait qui elles décrivent ? De ce ballon de baudruche à moitié dégonflé qui s’affiche comme un trophée dont on ne sait quelle aventure ?

Il n’y à rien à comprendre, il n’y a rien à penser… c’est une scène à vivre.

Après un long temps peuplé d’interrogations sur l’existence possible ou non de cette boisson improbable, le chocolat est arrivé. Sa tiédeur n’enlève rien au plaisir de sa dégustation. Au contraire, car ici tout n’est qu’une question de saveurs, de ce que l’on y voit, de ce que l’on entend, de ce que l’on sent, du temps qui s’écoule sans nous échapper ! Les échanges avec mes acolytes vont bon train, un pur bonheur de partage !

Au moment de partir, une autre idée saugrenue me traverse l’esprit. Avec l’espoir de garder un souvenir de cet instant suave, je transforme rapidement mon téléphone portable en appareil photo pour quelques clichés.

C. m’interpelle : « Tu ne demandes  même pas l’autorisation, toi ? »

Je n’y ai même pas pensé ! C’est fait. Plus tard, dans le tram, je jette un œil sur les images…il n’y en a que trois et elles ne sont pas très réussies. Tant pis, elles sont là.

De retour à la maison, je branche mon téléphone à mon ordinateur pour transférer les photos, et en charger d’autres  réalisées auparavant. Mais je n’ai encore jamais effectué cette opération. Mon ordinateur me demande de charger un « pilote ». Je suis les instructions avancées… mais en vain. Je décide d’attendre les conseils de mon compagnon.

Le moment venu, les photos ont disparu de mon téléphone…juste ces trois là, pas les autres. Je cherche, je cherche… Impossible de les retrouver !

S’agit-il d’un sortilège ? N’était-ce qu’un rêve ?

Non ! Juste un instant insaisissable.

Monique Digeon

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s