Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 104

Décalage

Soit, au centre de Bordeaux, dans le quartier « riche », un fromager de luxe et une pâtisserie non moins de luxe. Entre les deux, avec une élégance discrète, la devanture d’un café qui porte le nom de la rue. Nous entrons, coincés entre le comptoir et quatre tables. En face, assise à l’une d’elle, une dame au visage caché par un grand chapeau, style Reine d’Angleterre. Nous nous asseyons embarrassés par l’abondance de signes incompréhensibles. A sa droite, une dame tondue, vêtue de lambeaux de peaux de bêtes. Elles discutent de repas alors que l’espace entre comptoir et table est parcouru par une dame qui invoque les prières, l’eau bénite et son départ; par trois fois elle revient amenant chaque fois un flot d’informations sur l’amour, la bénédiction, Charles-Perrens ou autres.

Éberlués, nous avons peine à trouver un ordre dans la situation et les personnages, avant que la patronne (c’était l’une d’elles) prenne nos commandes. L’un de nous ajoute à la confusion en demandant un chocolat.

Enfin, nos consommations obtenues, nous pouvons aborder les raisons de notre présence, la préparation du Festival. Où se trouvait-il ? A quelle réalité, nous anthropologues, accédons-nous dans ce petit café du centre de Bordeaux?

Bernard Traimond

 

Advertisements

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s