Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 97

Et si…

L’ambiance studieuse saisit le nouvel  entrant, contraste avec celle du marché tout proche.  Des hommes isolés, installés sur des tables de six places, réfléchissent longuement, des documents éparpillés devant eux. Science divinatoire… ?  Commander une boisson devient presque incongru, comme si le jeu avait supplanté la fonction première de l’établissement. Loto, bingo, illiko, astro, keno…, la formule magique s’affiche telle une invitation. Chaque élément du décor semble un vibrant hommage aux dieux PMU et FDJ. Sur les tables,  point de bouquets de fleurs artificielles mais des présentoirs de bulletins, équipés de stylos.  Les cadres aux couleurs vives ? Délivrent un message gagnant : « 300 euros ici », « 100 euros ici »… Conjurons le sort, jouons dans ce lieu gagnant ! Envoutées par l’atmosphère, nous décidons de faire un euromillions. 75 millions d’euros, ça ouvre des perspectives.

MP va chercher un bulletin, me raconte que le futur gagnant du tiercé, collé au comptoir, a caché son sésame à son approche. C’est sûr, si on commence à partager la combinaison gagnante ! Après une révision du règlement, nous composons la nôtre. Une très vieille dame à l’élégance remarquable, avec sa jupe saumon, son chapeau ciré blanc à motifs noirs et ses chaussures, que je regarde plusieurs fois, pas des chaussures de vieille dame, se dirige, appuyée sur une béquille (très classique, celle-ci) vers le coin tabac. Elle choisit un chemin sinueux – le contournement de toutes les tables – pour la sortie et, à mi-parcours scande à la cantonade : « 16h30, le rugby ! » Dans l’indifférence générale elle répète l’annonce, puis disparaît…

Les nombres « étoiles » suscitent débat : nous tombons en accord sur le fait que nous détestons le 11, MP suggère donc de le jouer, par superstition. Face à mon refus, gagnée par la science divinatoire, elle me soupçonne de préférer les nombres pairs. J’opte pour le 7, elle pour le 2. 37,5 millions d’euros, ça ouvre des perspectives. Pour l’heure nous divisons scrupuleusement  2,50 euros.

Un conflit éclate lorsqu’un des hommes absorbés, ayant momentanément abandonné son poste, découvre que ses précieux documents ont disparu. Le serveur tente de le désamorcer gentiment, expliquant que, le croyant parti, il a débarrassé la table. Il fait remarquer au passage que l’homme occupe six places. La seule préoccupation de celui-ci est de retrouver ses papiers. Renfrogné, il fouille maintenant la poubelle que désigne le serveur qui le tutoie. Un habitué.

9-10-18-26-44. Et si nous étions nous aussi dépositaires du secret des dieux ? Jeudi, il ne sera peut-être pas nécessaire d’aller travailler ! « MP, c’est moi qui ai le ticket mais voici la formule magique ! » Au fait, jeudi, c’est le 1er mai…

Colette Milhé

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s