Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 80

Je l’ai vu !

Ce matin, dans la gelée, battue aux sangliers. Mais il y avait dans les parages un cerf dont le plan de chasse impose la capture. A la craie au tableau noir est présentée la zone à « fermer » que pour une fois je localise, c’est mon « quartier ».

Je propose à Claude de le suivre :

– le chemin est mauvais, me dit-il.

– je peux passer partout.

– …; il faudrait des carabines (Je n’ai que mon fusil, aussi vieux que moi)

Bref, il ne veut pas de moi, ce que je conçois aisément, mais pour ne pas me le dire, il multiplie les faux prétextes.

            Je pars donc avec d’autres et m’installe au bord de la route avec sur la tête cette ridicule casquette – j’avais un béret rouge, interdit depuis – que nous imposent les ministres de l’environnement. Des chiens passent, reviennent, des coups de fusil au loin. Nous abandonnons nos postes, je pars vers le nord, puis suivant les ordres, je reviens au même endroit. Très vite, mon voisin tire deux coups, et puis, trop loin pour tenter de le tuer, je vois dans un éclair, immense, rapide et élégant, le cerf, reconnaissable à ses bois, traverser la route.

            C’était la première fois en battue et si près.

 Bernard Traimond

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s