Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 55

Muséographie privée

Je l’avais reléguée dans un coin de ma mémoire. Elle dormait au fond d’une caisse dans la maison de mes parents. Et puis un jour, à l’occasion d’un déménagement, ma mère me suggère de récupérer ma collection de hiboux miniatures débutée en 1989.  J’avais alors huit ans et elle m’avait offert la première pièce, un modèle gris et rond aux yeux étonnés, en me disant en substance : « Tu pourrais faire une collection de hiboux puisque ta sœur collectionne les petits chats ». Secrètement jalouse de ma grande sœur, je trouvais sa collection de chats miniatures bien plus amusante qu’une collection de hiboux (bien qu’étant eux aussi des animaux de vieille sorcière).  Je me résignais donc à recevoir une nouvelle figurine ailée à chaque fête ou anniversaire, tous étant désormais au courant que je collectionnais les hiboux. J’affectais d’être contente et remerciais d’un sourire poli l’arrivée du nouveau venu dans la maisonnette de bois prévue à cet effet. Barbouillés de couleurs vives ou ternes comme un matin de janvier, leurs points communs étaient leur petite taille et leur regard terrifiant aux yeux écarquillés par l’idée de rester à jamais au fond de la même petite case. Imaginant leur angoisse – dans mon esprit de petite fille, je leur prêtais vaguement une âme –, je les changeais régulièrement de place mais l’expression de leurs prunelles tourmentées, elle, ne changeait pas.  Ma préférence revenait toujours au premier occupant de la maison en bois, le hibou rond et gris aux yeux étonnés offert par ma mère. Celui qui représentait la promesse d’en trouver d’au moins aussi beaux que lui en poursuivant la collection.  En les observant aujourd’hui, je réalise qu’on arrête une collection lorsqu’on se rend compte que cette promesse ne peut être tenue… ou quand la maison est pleine.

collection hiboux-2

Stéphanie Gernet

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s