Chroniques de l’ordinaire bordelais. Épisode 43

Parcours du non

Départ rue sainte-Catherine, angle de la rue du loup. « S‘il vous plaît, madame… » Voix traînante et implorante d’une mendiante bulgare devant la Mie câline. Traversée du cours Alsace-Lorraine. « Madame ? Vous auriez peut-être quelques petites minutes à nous accorder ? » Il existe donc des minutes de moins de 60 secondes. 4 pas, demande écrite. Il appartient à une nouvelle espèce de mendiants, proches de la performance artistique. Il est à genou sur un petit sac à dos, le dos bien droit, le regard figé sur la vitrine d’en face. Tel un automate, il gardera la position toute la journée. 10 pas. « Bonjour ! Vous connaissez WWF ? »  Le plus gros barrage est passé. Direction cours Victor Hugo. « Vous n’auriez pas une (petite) cigarette ? » Traversée du cours. Devant  Carrefour : « Z’auriez pas une (petite) pièce pour dépanner ? Bonne journée ! » Aux jeunes qui s’amassent à la sortie du lycée Montaigne : « Cela ne vous dérange pas de bloquer toute la rue ? » Victoire en vue. « Vous n’auriez pas l’heure ? »  « Oui. Je suis en retard ! »

Colette Milhé

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s