Chroniques de l’ordinaire bordelais.Épisode 35

Pour être enfin heureux (1)

Coincé entre d’un côté Freud et de l’autre le Dalaï Lama couché aux côtés du Pape se trouve le rayon « Développement personnel » d’une librairie bordelaise. C’est l’automne, j’ai le moral en berne et un besoin urgent de recettes faciles et rapides pour mieux accommoder ma vie. Un jeune homme aux lunettes rectangulaires noires, auquel je trouve l’air dynamique, est plongé dans la lecture d’un des ouvrages du coin « carrière ». L’air de rien, j’essaie d’en lire le titre mais je n’y parviens pas. Je ne saurai pas quel problème il cherche à résoudre. Je lève les yeux vers les étagères remplies de merveilleux conseils visant à faire chanter mes lendemains professionnels pour Réussir à tout prix (je réussis, je gagne, maintenant !). Ainsi je me dois de découvrir Les relations humaines, secret de la réussite (l’art de se vendre soi-même) ou encore Comment persuader les autres dans toutes les situations (les secrets pour influencer et sortir gagnant de toutes les conversations). Pour cela, je pourrais être amenée à Lire dans les pensées de mes interlocuteurs (les secrets de la psychologie pour découvrir ce qu’ils dissimulent) ou à Orchestrer la rumeur (rival, concurrent, ennemi… comment s’en débarrasser !). Mais ces stratégies ont un prix et je ne veux pas Travailler à me faire mourir ? Non merci ! Ce que je souhaite c’est plutôt La fin du stress (Le comprendre pour s’en libérer). On me propose plusieurs méthodes alors que je flirte dangereusement du côté du rayon « Philosophie » : Spinoza antistress en 99 pilules philosophiquesAgir avec Aristote ou Etre libre avec Sartre. Le jeune homme aux lunettes est toujours absorbé dans sa lecture tandis qu’on soupire dans mon dos. Une femme aux yeux embués et cernés de mauve vient de reposer Le bonheur en 35 leçons sur le présentoir du coin « vie personnelle ». J’abandonne aussitôt mon carriérisme fugace pour tenter de dénicher le bonheur dans le rayonnage voisin, très prometteur.

Stéphanie Gernet

 

Publicités

A propos antropologiabordeaux

Association loi 1901
Galerie | Cet article a été publié dans Chroniques de l'ordinaire bordelais. Ajoutez ce permalien à vos favoris.